Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer le site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@neuf.fr
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

10 - SOCIETES SPORTIVES ARTISTIQUES ET SAPEURS-POMPIERS

LE SPORT


Avant la fusion des deux communes, la vie associative est riche. 
Des sports comme la boxe, la natation sont pratiqués. D’autres comme la gymnastique sont représentés par une société. 
En 1899, la Fraternelle et le Réveil existent à LA NEUVEVILLE. 
Le sport raonnais présidé par le docteur RAOUL et comprenant cinquante membres de volonté puis d’ardeur patriotique se fonde en mai 1893 à RAON L’ETAPE. Celui-ci est la fusion des trois associations sportives et existe jusqu’en 1996. 
La raonnaise créée en 1914 accueille en 1939 : 80 jeunes de 16 à 30 ans et 70 pupilles. Dès 1944, elle reçoit 45 jeunes gens de 16-30 ans, 35 jeunes filles et 25 pupilles de 10-16 ans. 
La mobilisation suspend son activité. En 1940, elle organise des cours de préparation militaire. Une section féminine est même fondée en 1943 pour compenser l’absence d’hommes souvent prisonniers de guerre. 

1910 - Le réveil

Fête sportive 14 juillet 1911
 Exercices du sport raonnais place de la République

1911 - L'étoile sportive raonnaise

Combat de boxe place de la Mairie (place Tisserand)
au profit du monument aux Morts (1926-1928)

1938 - La raonnaise devant la salle Notre-Dame quai Clavière.
La plaque commémore les membres de cette société morts durant la guerre de 1914-1918.

L'équipe de football de la carrière

1977 - Equipe de football des sapeurs-pompiers


LE JEU DE QUILLES

En 1946-1947, le jeu de quilles est un loisir sportif en vogue à RAON L’ETAPE.  On y joue dans les cafés de la Promenade rue Général de Gaulle chez GERARD Paul puis HERRBACH ainsi que chez COLIN à la Criquette. A LA NEUVEVILLE, il est pratiqué aux cafés de la Meurthe rue Emile Zola, LAMAZE place de la Libération, chez Camille FEYS à Joli Bois, STIEFFATRE à la Sapinière et à celui de JACQUES à La Haute NEUVEVILLE. 

1941 - Jeu de quilles LAMAZE

LE CINÉMA

Dans le domaine des arts, chaque agglomération a ses cinémas : l’Eden, le Normandie (dît le Printania puis le Vosgina jusque dans les années 1970) et le cinéma-théâtre à la salle Jeanne d’Arc de LA NEUVEVILLE enfin le Rex. Le cinéma Rex à RAON. 
Ses groupes de théâtre sont organisés par le patronage en salle Jeanne d’Arc et à celle de Notre-Dame à RAON L’ETAPE.

Cinéma REX rue Jules Ferry

Nouveau cinéma aux Halles

LA MUSIQUE


De plus chaque ville possède sa fanfare de musique mais à LA NEUVEVILLE, il existe aussi un orchestre de jazz : The Diaboly Jazz. La musique de RAON L’ETAPE est créée en 1877 mais dès 1848, il existe un embryon de société car une délibération du conseil municipal de l’époque mentionne déjà des crédits alloués pour l’achat d’instruments. Elle est rétablie ensuite en 1947 par monsieur GERARD. A la coutume du matin des 1er janvier, une aubade est donnée sous les fenêtres du maire de la ville. Elle a fêté son centenaire le 12 juin 1977. En janvier 1982, elle a fait un passage sur les ondes de R.T.L. La musique municipale participe chaque année à une vingtaine de manifestations patriotiques puis à diverses festivités à la demande de sociétés locales. Elle donne en outre des concerts. 

 L'Eden Renaissance
1925 - Dancing cinéma 
FIX Victor (le père tango)

1940 - Fanfare du sport raonnais rue Georges Clémenceau

1947 - Sortie de la musique à Laval sur Vologne

Musique municipale derrière l'église Saint-Luc place de la République

1982 - Sur les marches de l'église Saint-Luc

En tenue d'été

Les "Demoiselles de Beauregard"

La raonnaise "La ronde des saisons"

Les "Troubadours de Beauregard"

Tenue folklorique du groupe raonnais

SYT-CLUB La troupe acrobatique de monocycles


LES SECOURS
- Les sapeurs pompiers -


A l’époque, un corps de sapeurs-pompiers est d’actualité à RAON L’ETAPE et LA NEUVEVILLE. C’est en raison d’un incendie dans la nuit du 8 au 9 juillet 1829 nécessitant les secours de localités voisines, qu’il est décidé d’établir un centre régulier de pompiers à RAON.  Les cinquante volontaires sont recrutés parmi les gens exerçant une activité dans le cuir, métaux et bois. Les pompes anciennes existantes sont remplacées par des neuves. En 1883, l’effectif raonnais qui est de 102 personnes se portent au secours de celle de LA NEUVEVILLE lors de sinistres. 

Corps des sapeurs-pompiers de l'entreprise AMOS (années 1950)
1. M. LEMAITRE Gaston
2. M. MARCHAL André
3. M. CROCY Jean
4. M. GROSJEAN, ingénieur
5. M. CROVIZIER, surveillant des ateliers
6. M. PERRIER Edmond
7. ?
8. M. THIRIAT Henry
9. M. MARCHAL Charles, électricien
10. M. HEROLD Georges
11. M. MORIO André
12. M. HUSSON Robert
13. M. COSTE Roger
14. M. DISS André
15. M. CONRAD, chauffeur
16. M. DULPHY Georges
17. M. VOURIOT
18. M. GEROME
19. M. HUMBERT Georges
20. M. PETITDEMANGE Lucien
21. M. QUIRIN Maurice
22. M. FRECHIN Jean-Marie
23. M. MATHIEU Gaston
24. M. FAVRE Paul
25. M. POUTOT Pierre
26. M. GERARDIN Maurice
27. ?
28. M. THIRIAT
29. M. MARCHAL Gilbert
30. M. BOUDOT Louis
31. M. POIROT Paul
32. M. DUVIC Léon


Néanmoins dans cette dernière commune et à proximité du corps des sapeurs, l’usine AMOS possède elle aussi sa propre compagnie de pompiers indépendante pour gérer l’établissement privé mais prête mains fortes pour les grands événements. La dissolution des sapeurs-pompiers de LA NEUVEVILLE-lès-RAON fut annoncée à la Saint-Sylvestre de 1946 pour ne former qu’une seule compagnie à RAON L’ETAPE et le matériel fut transféré au magasin des pompes de RAON L’ETAPE situé sur le côté de la salle Beauregard car à l’époque, la synagogue avait été pillée par les allemands, bombardée et réduite en ruine. Toutefois le 30 mai 1949, un acte de vente est passé entre la communauté juive et le maire HUSSON Marcel de la commune de RAON donnant acquisition du terrain avec dépendances à la Ville permettant la construction d’un nouveau centre de secours. Aujourd’hui intervient une autre fusion, celle des pompiers de la communauté de communes de la vallée de la Plaine. 

- Le centre raonnais -

Le centre de secours des sapeurs-pompiers de Raon l'Etape est situé rue de la ville de Lorient sur l'emplacement de l'ancienne synagogue (temple israélite) qui a été détruit par un incendie. Celui-ci sera transféré dans des locaux rénovés à cet effet en 2016 rue Stalingrad.


Le corps des sapeurs-pompiers (1951)

Les pompiers raonnais (décembre 1970)

Le corps (1977)

Remise de décorations par M. le maire Robert LAMBERIGTS, place Beauregard

Sapeurs-pompiers

LA FÊTE FORAINE DE SAINT-LUC

Autrefois, le forain vantait son attraction aux badauds en leur faisant écouter à l’extérieur son boniment afin d’entraîner ensuite ceux-ci à l’intérieur du chapiteau pour y découvrir le phénomène de la foire ou se faire une petite peur. Les derniers entresorts venus à RAON L’ETAPE sont en 1985 «la femme à deux têtes» puis en 1990 « la femme singe ». 

Dans les années 1950, le public adorait de ces monstres en tous genres. C’est en octobre 1951, dans la rue Jules Ferry à chaussée pavée que commence le champ de foire et s’engrainent les premiers manèges.  Il y avait les chiens savants, une exhibition d’hommes colosses aux muscles puissants, le plus couple d’Europe, les billards américains, l’Eden carrousel avec ses 530 m² de surface, le sport des Neiges, les autos-skooters et des baraques installées pour trois semaines de bonheur apporté aux gens de la vallée et environs. 

Actuellement c’est autour d l’église Saint-Luc que les forains s’installent durant octobre et certains en août pour celle de l’ancienne commune de LA NEUVEVILLE.

Confiserie CUNY-ROUGE (1927)



Manège rue Denfert Rochereau (1927)




Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10